L'industrie 

Le sel a aussi des usages industriels. L'industrie chimique et l'activité de déneigement en sont particulièrement friandes mais d'autres secteurs l'emploient également, comme l'industrie pharmaceutique.

 

La chimie 

Epuration de la saumure à l'usine Solvay à TavauxLe sel est une des matières premières de base de l'industrie chimique car il fournit  deux substances essentielles pour ce secteur : le chlore et la soude caustique. Elles s'obtiennent grâce à un procédé chimique nommé électrolyse qui sépare le chlore et le sodium constitutifs du sel. Ainsi formés, ces deux matières servent ensuite à la fabrication de nombreux produits : plastiques, produits désinfectants et blanchissants, détergents, pâte à papier, colorants pour les peintures, fibres textiles artificielles...

A voir :

L'usine Solvay à Tavaux (près de Dole, dans le Jura) est un exemple local d'exploitation du sel à des fins industrielles et chimiques. Elle fabrique du chlore à partir du sel prélevé dans les bancs de sel gemme souterrains. Extrait du sol par dissolution, le sel est transformé en saumure et acheminé à l'usine grâce à un long saumoduc. Les canalisations actuelles s'étendent sur plus de 100 kilomètres, depuis les communes d'Etrez et de Marboz, au Nord de Bourg-en-Bresse. 700 000 tonnes de sel sont ainsi utilisées par l'usine chaque année.

 

Le salage des routes

Un autre usage majeur du sel aujourd'hui est son utilisation pour le maintien de la viabilité hivernale. Il prévient en effet activement l'apparition du verglas en abaissant le point de congélation de l'eau. L'eau salée ne gèle ainsi qu'à -7 ou -8°C au lieu de 0°C avant l'emploi du sel. En dessous de ces températures, le sel est associé à d'autres produits pour abaisser encore son point de congélation.

Saleuse répandant la saumure à Salins-les-BainsLe salage est une pratique relativement récente dans l'Histoire. Il remonte aux années 1880 à Paris. Des cantonniers sillonnent alors les rues avec leurs brouettes et leurs pelles pour répandre du sel. Les pratiques modernes apparaissent elles en 1968, lors des jeux olympiques de Grenoble qui constituent un test à grande échelle de cette technique. Depuis, le salage s'est fortement développé et plus d'un quart du sel vendu en France aujourd'hui est destiné à cet usage.

Plus connu sous forme de grains, le sel peut aussi être employé sous forme de saumure ou de bouillie : mélange de grain et de saumure. A Salins-les-Bains, la commune utilise ses propres ressources en sel : elle traite les routes avec la saumure qu'elle puise dans un ancien puits des salines, le puits d'Amont.